Causes et symptômes

Quelle est la différence entre une hernie et une protrusion discale ?

La colonne vertébrale est constituée de vertèbres mais également de disques intervertébraux, jouant le rôle d’amortisseurs. Les disques sont constitués d’un noyau pulpeux formé d’une sorte de gélatine, et d’une partie externe que l’on appelle annulus fibrosus, ou cartilage fibreux. Il arrive cependant que ces disques soient abîmés et provoquent une protrusion discale ou une hernie discale.

Qu’est-ce qu’une protrusion discale ?

Au cours du temps les disques vertébraux s’usent, ce qui est un processus totalement normal. Le disque perd de sa souplesse et donc son rôle amortisseur et protecteur de la colonne. Le disque intervertébral se « dégonfle » et, comme écrasé entre les deux vertèbres qui l’entourent il déborde de son emplacement. La saillie qui en résulte est appelée protrusion. La protrusion discale est bien souvent confondue avec la hernie discale, mais il s’agit de deux dommages différents, ayant des symptômes proches.

Dans le cas d’une protrusion discale L5 – S1, par exemple, on dit que le disque est contenu. En effet, cela veut dire que la couche externe du disque n’a pas été déchirée ou atteinte, et donc que le nucleus pulposus (noyau pulpeux) ne s’est pas répandu en dehors de son habitacle.

Au contraire, la hernie discale est caractérisée par une rupture ou cassure du disque et l’épanchement du noyau à l’extérieur.

NB : Les pathologies risquant d’entraîner une protrusion sont : la discopathie, la hernie discale lombaire, etc.

Quels sont les symptômes d’une protrusion discale ?

Il est important de noter que la protrusion discale ne provoque pas toujours de symptômes remarquables. Cependant, elle provoque généralement une forte douleur dans le dos tout comme une hernie discale.

L’altération du disque intervertébral impacte la stabilité de la colonne, l’instabilité des vertèbres peut provoquer une augmentation de la pression sur ces dernières, et mener à un accrochage entre vertèbres. Le risque de lumbago est donc plus élevé. Aussi la protrusion discale risque de comprimer un nerf proche et provoquer ainsi une douleur vive : cruralgie, névralgie ou même sciatique peuvent être provoquées par l’apparition d’une protrusion discale.

La protrusion discale est visible sur imagerie médicale comme une radiographie ou une IRM. Il arrive qu’une saillie du disque soit repérée avant même l’apparition des symptômes.

Que faire pour soigner une protrusion discale ?

Lorsque la protrusion est avérée, votre médecin pourra vous prescrire un protocole de soins adapté. De façon générale, le traitement de la protrusion vise à soulager les douleurs grâce à des antalgiques ou encore des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Pour accompagner ce traitement médicamenteux, vous pouvez compléter par des séances de rééducation chez un kinésithérapeute.

Dans les cas où ces traitements ne suffiraient pas, votre médecin pourra vous aiguiller vers l’administration d’infiltrations ou bien vers une intervention chirurgicale.

Pour apaiser la douleur, des méthodes naturelles existent pourtant. Le tapis d’acupression permet par exemple de stimuler la détente musculaire et nerveuse. Pour apporter un réel soulagement au dos et prévenir le tassement vertébral, la décompression axiale peut vous être d’un grand soutien.
Par exemple, l’appareil Nubax permet d’étirer simplement la colonne vertébrale pour réaligner les vertèbres et irriguer les disques intervertébraux en sang. Le disque réhydraté peut ainsi être moins sensible à une perte de souplesse.